Seul, on marche plus vite Ensemble, on marche plus loin

Proverbe africain

Travail du dimanche : un choix de société

Faut-il travailler le dimanche pour développer l’économie ? D’abord, il faut rappeler que 30% des actifs (et parmi eux des indépendants mais une majorité de salariés) le font au moins occasionnellement. Certains services publics ou privés (hôpitaux, maisons de retraite, police, transports, astreintes techniques, etc) ne peuvent être arrêtés et leur fonctionnement nécessite que les salariés travaillent le dimanche. Ce doit toujours être avec une contrepartie concrète, car le travail du dimanche ne peut être banalisé.

Poursuivre la lecture

Faire mieux avec moins

BMP - 544.9 ko

Mardi 9 Décembre 2014, je me suis rendu à l’Élysée en tant que président délégué de « Villes de France », en compagnie de Caroline CAYEUX, présidente de l’association et sénateur-maire de Beauvais, et d’une délégation de maires, afin de rencontrer Bernard POIGNANT, conseiller du président de la république. Il était nécessaire que nous puissions collectivement exposer l’état de nos réflexions et de nos attentes – nos inquiétudes aussi – à l’égard de l’État.

Le gouvernement Français s’est engagé devant l’Europe à réaliser 50 milliards d’euros d’économie d’ici 2017, pour tenter de retrouver l’équilibre des finances publiques. Cet engagement se traduit par la baisse significative des dotations de l’État à l’ensemble des collectivités locales – 11 milliards d’euros pour les 3 années à venir – et l’augmentation de la contribution des intercommunalités (Fonds de Péréquation des Ressources Intercommunales). A Bourg-en-Bresse, cela signifie 1,6 million d’euros en moins sur 3 années consécutives.

Nous ne contestons pas le bien fondé des objectifs stricts de redressement que l’État s’est fixé, ni même l’effort demandé aux collectivité locales. Cependant, cela doit s’accompagner nécessairement d’évolutions permettant aux élus locaux de conserver leur pouvoir d’agir et ainsi relever le défi de faire mieux avec moins.

Des dispositions doivent être prises par le gouvernement pour ne pas amputer la capacité d’investissement des collectivités, notamment en soutenant les projets portés par les villes et agglomérations dans le cadre du CPER (Contrat Plan Etat Région).

Une réflexion doit être engagée sur les relations entre l’État et les collectivités, notamment sur les prélèvements obligatoires, les dépenses et le transfert des ressources.

Une réflexion doit également être engagée sur la répartition des compétences entre l’État et les collectivités territoriales sur leur poste principal de dépenses de fonctionnement, la masse salariale. Les villes et agglomérations doivent pouvoir optimiser leurs effectifs en étant véritablement co-décisionnaires des évolutions en matière de statut et de rémunération des fonctionnaires, en renforçant le contrôle de gestion ou en dotant les élus et services de meilleurs outils de négociations dans le cadre des marchés publics.

Poursuivre la lecture

C dans l’air - Emission du 27 Novembre 2014

Vous n’avez pas pu voir en direct l’émission "C dans l’air" du 27 Novembre 2014 sur les 13000 maires en colère et dans laquelle j’intervenais avec Agnès Verdier-Molinié (directeur de la Fondation iFRAP), Jean-Paul Delevoye (Président du Conseil économique, social et environnemental) et Dominique Reynié (Politologue, professeur à Sciences Po Paris) ? Vous pouvez toujours accéder au replay à l’adresse suivante : http://www.france5.fr/emissions/c-d...

Poursuivre la lecture

Pour des mesures Européennes de lutte contre le dumping fiscal

BMP - 172.3 ko

Mr Juncker, président de la commission européenne, nous annonçait ce mercredi 26 Novembre, la stratégie qu’il entend mettre en œuvre pour relancer la croissance en Europe : un plan d’investissement de 315 Milliard d’euros visant à développer des infrastructures stratégiques dans le domaine du numérique, de l’énergie, des transports ou encore de la recherche et de l’innovation. Dont acte.

Je ne conteste pas le bien fondé de ce plan, mais il me semble essentiel que cette stratégie de relance soit accompagnée de mesures visant à lutter contre son pendant : le dumping fiscal.

Ainsi, la position du président de la commission européenne – et son expérience antérieure – devra permettre d’œuvrer véritablement en faveur du redressement économique de l’Union Européenne en développant l’échange automatique d’informations dans les domaines fiscaux et bancaires ; en mettant fin au secret fiscal par la contrainte des banques étrangères à communiquer les informations sur les résidents européens ; et enfin, travaillez à l’harmonisation européenne des réglementations fiscales pour mettre un terme à la concurrence entre pays.

Poursuivre la lecture
Articles plus anciens